Recherche

Archive pour septembre 2011


 

Notre réflexion sur le marché du mobile commencée en début de mois avait d’abord posé les bases concernant les évolutions des standards du marché et les réactions des différents acteurs. Avant de réfléchir aux différentes perspectives qui vont définir le marché pour les mois et années à venir, commençons cette deuxième partie en replaçant les acteurs actuels en fonction de leur(s) cible(s).

Marchés adressés par les opérateurs

Perspectives et trajectoires

Une des premières grosses tendances du marché est d’aller vers une simplification de la souscription des offres et de pousser le client à être le plus autonome possible. Les premières offres tout en ligne sont apparues avec les MVNO et sont en train de se démocratiser avec les opérateurs. Il est évident que c’est le modèle que va choisir Free : simple et économique, il fonctionne en répartissant les efforts sur la société autant que les consommateurs et tous les contacts clients se feront prioritairement sur internet, et si besoin par téléphone. Paradoxalement, Free est en train compléter ce modèle par une présence physique : limitée dans un premier temps, elle permettra tout de même de concurrencer les opérateurs sur la vente de terminaux, point faible du tout online, tout en travaillant leur relation client et en  faisant un showroom de leurs produits, gammes et services.

Lire la suite de cette entrée »

Deux news simultanées permettent de prendre la mesure du poids de plus en plus croissance du mobile dans l’usage d’Internet. Les réseaux sociaux Facebook et Twitter sont pour près de la moitié utilisés en mobilité désormais.

Ainsi Michael Abbot (VP Engineering chez Twitter) a annoncé que 45% des 230 millions de gazouillements quotidiens sont mobiles et Erick Tseng (Directeur Mobile Facebook) a affirmé que d’ici 1 à 2 ans, Facebook sera une compagnie résolument mobile. Il compte déjà 350 millions d’utilisateurs mobiles sur 800 millions. Pour l’anecdote, Twitter gère toujours 4 milliards de textos par jour (envoi et reception de tweets) !

Ce renforcement des liens entre réseaux sociaux et internet mobile s’explique pour 2 raisons principales :

  • les réseaux sociaux font beaucoup plus sens dans un contexte mobile, qui permet en tout temps le partage immédiat et multimédia
  • la croissance des réseaux sociaux se fait désormais essentiellement dans les pays en voie de développement, qui sont moins équipés en PC et sont souvent “mobile only”.

Pour mémoire, des mobiles dédiés aux réseaux sociaux vont ou ont été proposés aux clients, tels que les HTC ChaCha & Salsa (version Facebook), mais aussi en version  (Twitter chinois) et (Facebook chinois), avec leur bouton dédié. Vodafone a également mandaté Alcatel pour sortir le , et …

Alors que le marché des smartphones est en pleine explosion et que les usages mobiles requièrent de plus en plus de bande passante,  l’ARCEP a publié jeudi dernier les résultats d’attribution des premiers lots de fréquence 4G.

Suite à l’appel d’offres lancé par l’Etat le 15 juin dernier, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free avaient sans surprise répondu présents pour entrer dans la composition du futur réseau haut débit mobile.
Cette première étape d’attribution, qui concerne la bande haute de 2,6 GHz et pour laquelle l’Etat avait fixé un montant plancher de 700 millions d’euros, permettra d’atteindre des débits minimums de 60 Mbit/s en navigation Internet mobile, largement supérieurs à ceux de la 3G.

Si les candidats attendus pour l’appel d’offres étaient plutôt prévisibles, les résultats dévoilés par l’ARCEP, eux, sont sans doute beaucoup plus surprenants :

Alors que l’ARCEP se dit satisfaite de cette première étape avec notamment une recette totale s’élevant à 936 millions d’euros, ces résultats traduisent des choix stratégiques différents de la part des opérateurs. Lire la suite de cette entrée »


Google est en pleine restructuration de ses services pour se focaliser sur les produits à forte valeur ajoutée et à fort potentiel. Parmi les grands projets de la firme de Moutain View, Google+ tient une place importante bien évidemment et a été officiellement ouvert au public après 3 mois de test. Mais on trouve également l’application Google Wallet, la solution de paiement sur mobile par NFC (Near Field Communication).

Officialisé au NFC World Congress de Nice, ce service de Google compte déjà plusieurs partenaires comme Mastercard, Visa, la banque Citigroup ou encore l’opérateur américain Sprint.

Côté commerçant, 124 000 terminaux de paiement sans fils sont actuellement opérationnels au États-Unis et 311 000 dans le monde, mais ces chiffres pourraient rapidement exploser tant le secteur du paiement mobile se révèle prometteur. deux raisons majeurs émergent pour justifier ce futur boom :  Lire la suite de cette entrée »

Aujourd’hui limité aux organismes publics, le mouvement Open Data pourrait très prochainement pénétrer la sphère privée et exiger des entreprises la libération progressive ou non de données, les entreprises de service public étant potentiellement celles qui seraient concernées en premier.

 

Anticiper le mouvement plutôt que de le subir

Conscientes de cette éventualité, les entreprises se doivent nécessairement de se préparer à une telle situation, et ont tout intérêt à rejoindre le mouvement progressivement, à « prendre la vague » plutôt que de se faire dépasser par les évènements. C’est d’autant plus vrai que le mouvement de fond à l’origine de la démocratisation de l’open data est tellement fort qu’il serait naïf de croire qu’il est possible d’échapper au phénomène.

Pour une entreprise, mieux vaut alors percevoir l’Open Data comme un niche d’opportunités d’évolution plutôt qu’une lourde menace pesant sur le modèle de données en vigueur aujourd’hui. Mais comment se préparer à une éventuelle mise à disposition du grand public de données jusque-là soigneusement gardées par l’entreprise ?

Lire la suite de cette entrée »


Fils Twitter