Recherche

Articles avec le tag ‘mobilité’


Depuis quelques mois, les collaborateurs en entreprises sont de plus en plus amenés à utiliser leurs propres terminaux mobiles pour des besoins professionnels : la tendance BYOD s’installe.

RIM, autrefois imposée par les directions informatiques, voit donc sa part de marché professionnel diminuer peu à peu. En effet, bien que les BlackBerry maintiennent une présence dans les entreprises, les smartphones iOS et Androïd, plus appréciés par les utilisateurs aujourd’hui, font leur arrivée dans ce monde professionnel.

Cependant, ces nouvelles flottes hétérogènes font émerger des problématiques d’administration et de sécurité des équipements et des données.Android RIM iOS RIM, pour éviter de disparaître des entreprises et pour répondre à ce besoin de sécurité des DSI, fait évoluer sa plateforme de gestion des terminaux en supportant les terminaux iOS et Androïd en plus des BlackBerry.

Cette nouvelle version de la plateforme RIM : BlackBerry Mobile Fusion est en phase beta auprès de certains clients RIM et sera lancée officiellement fin mars 2012. Lire la suite de cette entrée »

C’est en voyant le niveau de batterie de mon iPhone faible, que je me suis rendue compte que j’avais encore oublié mon chargeur chez moi ce matin.
Et c’est suite à cet énième oubli que  j’ai commencé à m’interroger sur les différentes alternatives aux recharges de batteries classiques existantes sur le marché.  Petit tour d’horizon des dernières innovations…

Première source d’énergie : le soleil

Imaginez votre téléphone portable capable de se recharger à la lumière du jour :  c’est le pari que s’est lancé la jeune start-up française WYSIPS. La technologie a d’ailleurs été récompensée à Orlando en 2011 lors du salon international CTIA.  M. Deblois, co-fondateur de la société, s’est vu décernée le prix « « Green Telecom & Smart Energy Solutions, Apps & Hardware ». Les premiers terminaux dotés de cette technologie devraient arriver début 2012 au mieux sur le marché.

Le principe de la technologie WYSIPS ? Un film photovoltaïque transparent qui, collé à l’écran lors du processus de fabrication du téléphone portable permet de le recharger grâce à l’énergie solaire.

Lire la suite de cette entrée »

« Mouchard », « flicage », « inquiétant », … la découverte de programmes de collecte des informations de géolocalisation des possesseurs d’iPhones et de terminaux Android à leur insu a été fortement relayée dans les médias. Et ce, sous un angle quasi unique, celui de l’atteinte à la protection de la vie privée.

Prises individuellement, l’exploitation de ces données justifie en effet la levée de bouclier à laquelle nous assistons. Au contraire, à l’échelle collective, elles représentent une formidable opportunité qu’il serait dommage d’éclipser derrière une position trop manichéenne.

Dans un monde de plus en plus connecté, le nombre de données disponibles explose. Internet a accueilli en 2010 plus de données que l’humanité n’en avait produit depuis sa naissance jusqu’en 2003 ! Lire la suite de cette entrée »

Deux modèles NFC…pour un seul marché

Les services NFC, en dehors de la lecture d’informations via les tags, nécessitent un élément de sécurité dès lors qu’il s’agit de réaliser des achats ou valider un titre de transport. A date, la concurrence s’intensifie entre deux modèles principaux : d’un côté, les opérateurs télécoms font la promotion d’un modèle NFC dans lequel l’élément de sécurité est la carte SIM du téléphone. Ils s’assurent ainsi la « possession » des usages de leurs clients, en louant aux fournisseurs de service un emplacement sur leur carte afin de pouvoir proposer leurs services. De l’autre, les initiatives d’acteurs comme Google (et vraisemblablement Apple, qui cherche par ailleurs de surcroît à basent la sécurité du NFC sur un chipset qu’ils maîtrisent en propre.

Chacun essaie ainsi de se créer un « walled garden » et de s’accaparer les usages de ses clients.

A ce petit jeu, un acteur comme Apple a démontré toute sa capacité à travailler en circuit fermé, grâce à iTunes et en possédant de facto les données bancaires de ses clients. De quoi donner de l’écho à ses premiers pas sur le domaine du paiement mobile, via le système . Google de son côté, par sa stratégie “cheval de Troie” via son OS mobile Androïd, adresse déjà au T4 2010 un quart des smartphones vendus, et ce chiffre ne peut qu’augmenter. Androïd NFC, Google Checkout, services de localisation Google Maps…La voie NFC semble toute tracée pour le géant du web. Les opérateurs sentent de leur côté souffler le vent de la désintermédiation, aussi bien connu que difficile à arrêter, et cherchent à s’organiser pour faire face aux offensives des acteurs qui cherchent à verticaliser le business sans contact. Lire la suite de cette entrée »

Comme la plupart des fans de nouvelles technologies, j’ai vu la fin de RIM et ses Blackberry. Les fans des textos, chat et emails n’en démordent pas encore, mais la tendance de fond est bien le touch, le web et les applications, trois axes où le constructeur canadien fait encore pâle figure (à l’exception du Torch, qui semble ).

La , la pauvreté de l’App World (appshop de Blackberry) et sur le marché mondial des smartphones sont des signes avant coureurs d’un destin à la Symbian/Nokia : englué dans une interface datée pour garder les habitués, Blackberry doit recourir au marketing pour se garantir un avenir. Pour progresser au delà de sa clientèle entreprise de plus en plus menacée, RIM se veut “fun et jeune” : tournée de U2, buzz autour de BBM (Blackberry Messenger), publicités centrées sur les loisirs, baisse de prix des téléphones… Lire la suite de cette entrée »


Fils Twitter